AFAPREDESA

AFAPREDESA nace como respuesta civil a la lamentable situación de los derechos humanos, la incapacidad de defensa de los desaparecidos y torturados y de nuestra angustia como padres, hijos, esposas o hermanos ante la consecuencia de la invasión cívico-militar del Sáhara Occidental por Marruecos.
AFAPREDESA se constituyó el 20 de Agosto de 1989 en los Campamentos de refugiados de Tinduf. Es una Organización No Gubernamental saharaui de defensa de los Derechos Humanos, así reconocida por las leyes saharauis.
Es miembro observador de la Comisión Africana de Derechos Humanos y miembro de la Coalizacion Internacional para la protección de todas las personas contra las desapareciones forzadas.
Participa en el Consejo de Derechos Humanos de la ONU en Ginebra. También actúa ante el Parlamento Europeo.
AFAPREDESA ha sido proscrita por el gobierno marroquí, pero aún así continúa ejerciendo su actividad dentro del territorio ocupado.

domingo, 26 de junio de 2022

AFAPREDESA condena enérgicamente la sangrienta masacre contra los migrantes africanos por los reinos de Marruecos y España

 Muerte y desolacion en Melilla



El pasado viernes 24 de junio, una avalancha de cerca de 2000 miles migrantes africanos ha intentado entrar en la ciudad de Melilla saltando la valla que la separa del territorio marroquí. Según datos disponibles, todo indica que esta oleada ha sido facilitada por las propias autoridades marroquíes ya que han dejado deliberadamente avanzar a la muchedumbre hasta llegar muy cerca de la valla. Es entones cuando diferentes cuerpos  de seguridad marroquíes (gendarmería real, policía, fuerzas auxiliares…) atacaron indiscriminadamente y violentamente a los migrantes causando al menos 37 de muertes y cientos de heridos. 

(c) publico.es

A pesar de ello, cerca de 500  migrantes lograron traspasar la frontera pero solo unos 133 de ellos llegaron entrar en la ciudad de Melilla siendo el resto devueltos de inmediato y brutalmente por agentes españoles respaldados por sus colegas marroquíes a los que se les ha permitido adentrarse en suelo español y golpear a migrantes para devolverlos en caliente
. Los heridos, inclusive los que cayeron en suelo español, fueron amontonados en frente del puesto de frontera del lado marroquí donde permanecieron horas antes de ser evacuados en condiciones inhumanas y crueles.   

El mismo día, el presidente del Gobierno Español, Pedro Sánchez, ha elogiado la siniestra masacre realizada por el Reino de Marruecos calificándola de “trabajo extraordinario” y reconociendo que la operación se ha efectuado en coordinación con las fuerzas de seguridad españolas. El día siguiente, el Sr. Sánchez, sin expresar su pesar por las pérdidas en vidas humanas, culpa las “mafias” de los hechos graves perpetrados por los agentes marroquíes y españoles.  

Cabe recordar que el Reino de Marruecos utiliza los territorios ocupados del Sahara Occidental como lugar de internamiento de los subsaharianos desplazados forzosamente del norte de Marruecos o deportados ilegalmente desde España hacia El Aaiún.  


Según la Asociación Marroquí por los Derechos Humanos Sección Nador (AMDH), las autoridades marroquíes excavaron 21 fosas en el cementerio de Nador para enterrar a toda prisa, esta mañana, a los inmigrantes asesinados el viernes, sin investigación, sin autopsia, sin identificación de los cuerpos de las víctimas.

AFAPREDESA condena enérgicamente el asesinato de al menos de 37 africanos a mano de las fuerzas marroquíes con la complacencia, sino la complicidad, del presidente del Gobierno Español, Pedro Sánchez. En esta dolorosa situación, AFAPREDESA expresa su pésame a los familiares de las víctimas y les reafirma su solidaridad y su apoyo para que se haga justicia y que sean reparadas por los daños irremediables que han sufrido.

AFAPREDESA exige una investigación independiente e imparcial bajo los auspicios de Naciones Unidas y la Unión  Africana para esclarecer los graves hechos y depurar responsabilidades.

AFAPREDESA exige del Estado Español, en su calidad de potencia administrativa del Sahara Occidental, abstenerse de cualquier acción que viola el estatuto distinto y separado del Sahara Occidental de conformidad del Derecho Internacional, el Tribunal Internacional de Justicia, el Tribunal Europeo de Justicia y los propios tribunales españoles. A tal efecto, España debe poner fin a las deportaciones de los africanos a los territorios ocupados del Sahara Occidental y al expolio de los recursos naturales propiedad exclusiva del pueblo saharaui.

Campamentos de refugiados, a 26 de junio de 2022

TRADUCION TEXTE AL ARABE: 

جمعية أولياء المعتقلين والمفقودين الصحراويين (أفابريسا) تدين بشدة المذبحة الدموية للمهاجرين الأفارقة من قبل مملكتي المغرب وإسبانيا

يوم الجمعة 24 يونيو، حاول ما يقرب من 2000 مهاجر أفريقي دخول مدينة مليلية بالقفز على السياج الذي يفصلها عن الأراضي المغربية. وبحسب المعطيات المتوفرة ، فإن كل شيء يشير إلى أن هذه الموجة سهّلت من قبل السلطات المغربية نفسها ، لأنها سمحت للحشد بالتقدم عمدًا حتى وصلوا قريبين جدًا من السياج. عندها، قامت قوات الأمن المغربية المختلفة (الدرك الملكي والشرطة والقوات المساعدة ، إلخ) بمهاجمة المهاجرين بشكل أعمى وعنيف ، مما أسفر عن مقتل 37 شخصًا على الأقل وإصابة المئات. على الرغم من ذلك ، تمكن ما يقرب من 500 مهاجر من عبور الحدود ، لكن حوالي 133 منهم فقط تمكنوا من دخول مدينة مليلية بينما أعيد الباقون على الفور وبوحشية من قبل عملاء إسبان مدعومين من زملائهم المغاربة الذين سُمح لهم بدخول الأراضي الإسبانية وضرب المهاجرين لإعادتهم فورا. وتم تكديس الجرحى، بمن فيهم من سقطوا بالأراضي الإسبانية، أمام نقطة حدودية على الجانب المغربي حيث مكثوا لساعات قبل إجلائهم في ظروف قاسية وغير إنسانية.

وفي اليوم نفسه، أشاد رئيس الحكومة الإسبانية، بيدرو سانشيز، بالمجزرة الوحشية التي ارتكبتها المملكة المغربية، واصفا إياها بـ "العمل الاستثنائي" ، وأقر بأن العملية تمت بالتنسيق مع قوات الأمن الإسبانية. في اليوم الموالي، السيد سانشيز ، دون أن يعبر عن أسفه لفقدان الأرواح البشرية، يتهم "المافيا" بارتكاب الأفعال الخطيرة التي اقدمت عليها القوات المغربية والإسبانية.

ونذكر أن المملكة المغربية تستخدم الأراضي المحتلة في الصحراء الغربية كمكان لاحتجاز مواطني جنوب الصحراء الذين نقيلوا قسراً من شمال المغرب أو تم ترحيلهم بشكل غير قانوني من إسبانيا إلى العيون المحتلة.

أفادت الجمعية المغربية لحقوق الإنسان فرع الناظور، أن السلطات المغربية حفرت 21 قبرا في مقبرة الناظور لدفن جثث المهاجرين على عجل، صباح اليوم، دون ادنى تحقيق او تشريح اوتحديد هوية الضحايا.

تدين أفابريسا بشدة اغتيال 37 أفريقيًا على الأقل على يد القوات المغربية برضا، إن لم يكن بتواطؤ، رئيس الحكومة الإسبانية، بيدرو سانشيز. وإزاء هذا الوضع الخطير والمؤلم، تتقدم أفابريسا بتعازيها لأسر الضحايا وتؤكد لهم تضامنها ودعمها من أجل تحقيق العدالة وتعويضهم عن الضرر الذي لا لحق بهم.

تطالب أفابريديسا بإجراء تحقيق مستقل ونزيه تحت رعاية الأمم المتحدة والاتحاد الأفريقي لتوضيح الوقائع الخطيرة وتحديد المسؤوليات في كل من المغرب وإسبانيا.

تطالب أفابريسا الدولة الإسبانية ، بصفتها السلطة الإدارية للصحراء الغربية ، بالامتناع عن أي عمل ينتهك الوضع المتميز والمستقل للصحراء الغربية وفقًا للقانون الدولي ومحكمة العدل الدولية ومحكمة العدل الأوروبية والمحاكم الاسبانية. وتحقيقا لهذه الغاية، يجب على إسبانيا أن تضع حدا لترحيل الأفارقة إلى الأراضي المحتلة في الصحراء الغربية ونهب الموارد الطبيعية الملكية الحصرية للشعب الصحراوي.

TRADUCCION AL FRANCES- Traduction au français: 


L'AFAPREDESA condamne fermement le massacre sanglant de migrants africains par les royaumes du Maroc et d'Espagne

Vendredi dernier, 24 juin, une avalanche de près de 2 000 mille migrants africains a tenté d'entrer dans la ville de Melilla en sautant la clôture qui la sépare du territoire marocain. Selon les données disponibles, tout indique que cette vague a été facilitée par les autorités marocaines elles-mêmes, puisqu'elles ont délibérément laissé la foule avancer jusqu'à arriver très près de la clôture. C'est alors que différentes forces de sécurité marocaines (gendarmerie royale, police, forces auxiliaires...) s'en sont pris aveuglément et violemment aux migrants, faisant au moins 37 morts et des centaines de blessés. Malgré cela, près de 500 migrants ont réussi à franchir la frontière mais seulement 133 environ d'entre eux ont réussi à entrer dans la ville de Melilla, le reste étant renvoyé immédiatement et brutalement par des agents espagnols soutenus par leurs collègues marocains qui ont été autorisés à entrer sur le sol espagnol et battre les migrants pour les « refouler à chaud ». Les blessés, y inclus ceux tombés sur le sol espagnol, ont été entassés devant le poste frontière côté marocain où ils sont restés des heures avant d'être évacués dans des conditions cruelles et inhumaines.

Le même jour, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a salué le sinistre massacre perpétré par le Royaume du Maroc, le qualifiant de "travail extraordinaire" et reconnaissant que l'opération avait été menée en coordination avec les forces de sécurité espagnoles. Le lendemain, M. Sánchez, sans exprimer ses regrets pour les pertes en vies humaines, accuse les "mafias" des actes graves perpétrés par les agents marocains et espagnols.

Rappelons que le Royaume du Maroc utilise les territoires occupés du Sahara Occidental comme lieu d'internement des Subsahariens déplacés de force du nord du Maroc ou déportés illégalement d'Espagne vers El Aaiun.

Selon l’Association Marocaine des Droits de l’homme section Nador (AMDH), les autorités marocaines ont creusés 21 tombes au cimetière de Nador pour enterrer hâtivement,  ce matin,  des migrants assassinés le vendredi, sans enquête sans autopsie sans identification des corps des victimes.

L'AFAPREDESA condamne fermement le meurtre d'au moins 37 Africains par les forces marocaines avec la complaisance, sinon la complicité, du président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez. Devant cette situation aussi grave que douloureuse, l'AFAPREDESA présente ses condoléances aux familles des victimes et leur réaffirme sa solidarité et son soutien pour que justice soit rendue et qu'elles soient être indemnisées pour les préjudices irréparables qu'elles ont subi.

L'AFAPREDESA exige une enquête indépendante et impartiale sous l'égide des Nations Unies et de l'Union Africaine pour clarifier les faits graves et dépurer les responsabilités aussi bien au Maroc qu’en Espagne.

L'AFAPREDESA demande à l'État espagnol, en sa qualité de puissance administrative du Sahara occidental, de s'abstenir de toute action qui viole le statut distinct et séparé du Sahara occidental conformément au droit international, à la Cour internationale de justice, à la Cour européenne de justice et les tribunaux espagnols. A cette fin, l'Espagne doit mettre un terme aux déportations d'Africains vers les territoires occupés du Sahara Occidental et au pillage des ressources naturelles appartenant exclusivement au peuple sahraoui.


 

 

jueves, 26 de mayo de 2022

La Unión Progresista de Fiscales ha decidido otorgar el Premio Jesús Vicente Chamorro en favor de los Derechos Humanos a la Asociación de Familiares y Presos Saharauis (AFAPREDESA).


 


“Si en la cárcel estuvieran los que realmente tienen que estar sobrarían el noventa por ciento de las celdas”

          Fiscal Jesús Vicente Chamorro

 

La Asociación de Familiares de Presos y Desaparecidos Saharauis (AFAPREDESA) ha recibido con gran honor e inmensa satisfacción el Premio Jesús Vicente Chamorro en favor de los Derechos Humanos otorgado por la Unión Progresista de Fiscales.  

Este nuevo reconocimiento a nuestra labor de defensa de los derechos humanos nos anima a continuar nuestra irrenunciable lucha para que:

  •  Las víctimas de desapariciones forzadas y otros crimines de lesa humanidad y sus familiares conozcan la Verdad, obtengan Justicia y Reparación y tengan garantías de no repetición.  
  • Los presos políticos saharauis sean liberación sin condiciones, y los responsables de sus detenciones arbitrarias e ilegales juzgados.
  • Nadie sea perseguido, torturado, reprimido por defender sus opiniones, inclusive el sagrado derecho de autodeterminación de los pueblos.
  • Ninguna persona sea asediada en su propia casa y constantemente agredida como es el caso de Sultana Sid Brahim Jaya y su familia, así como numerosas defensoras de derechos humanos y familias de víctimas de la cruel represión marroquí.
  • Ninguna persona desarmada sea víctima de los drones asesinos del reino alauita.  
  • Ninguna niña o niño saharaui muera por falta de alimentos mientras que los recursos del pueblo saharaui sean impunemente saqueados.   

El Premio Jesús Vicente Chamorro nos fortalece en nuestra profunda convicción de otro mundo posible, donde todas las personas gozan de todos sus derechos fundamentales, donde la dignidad y la humanidad priman sobre cualquier otra consideración, en la igualdad de derechos de mujeres y hombres y de las naciones grandes y pequeñas y en definitiva en la universalidad de nuestra condición humana.  Sera la mejor manera de mantener viva la llama encendida por Jesús Vicente Chamorro y su legado para una justicia democrática, real y universal.


miércoles, 25 de mayo de 2022

La Asociación de Familiares de Presos y Desaparecidos Saharauis (AFAPREDESA) celebra el Día Internacional de los Niños Desaparecidos

 



El mundo celebra el Día Internacional de los Niños Desaparecidos cada 25 de mayo desde 2001. En el Sáhara Occidental, decenas de niños han sido víctimas de desapariciones forzadas perpetradas por las fuerzas de ocupación marroquíes desde el 31 de octubre de 1975. Solo dos de ellos fueron hallados e identificados en una fosa común en 2013 en Fadret Laguia (Meheris): Bachir, de 16 años Salma Daf y Sidi Salec Salma, de 14 años)[1]. Habían sido detenidos y ejecutados por elementos de las Fuerzas Armadas Reales de Marruecos (FAR), el 12 de febrero de 1976, junto con otros 6 adultos, entre ellos dos titulares de DNI español:

1) Mohamed Abdalahe Ramdan (DNI español, A-4131099).

2) Mulud Mohamed Lamin (DNI español, A-4520032).

Todavía se desconoce el destino de los otros niños desaparecidos (ver listado adjunto), tanto para los casos en los que no se ha dado respuesta de las autoridades marroquíes como para aquellos cuya respuesta consiste en la alegación de muerte sin la menor prueba.

La Asociación de Familiares de Presos y Desaparecidos Saharauis (AFAPREDESA) se solidariza con todas las familias de niños desaparecidos y lanza un llamamiento urgente para el Reino de España (Potencia Administradora del territorio del Sáhara Occidental) y el Reino de Marruecos (Potencia Ocupante ) a actuar con prontitud para esclarecer los casos de niños saharauis desaparecidos a manos de las fuerzas marroquíes sobre la base de las confesiones contenidas en el informe del Consejo Nacional de Derechos Humanos publicado en 2010. Ambos Estados son partes de la Convención Internacional para la Protección de Todas las Personas contra las Desapariciones Forzadas, los Convenios de Ginebra y sus Protocolos Adicionales, así como numerosos tratados de derechos humanos, por lo que están sujetos a obligaciones de búsqueda y protección, en particular:

• Obligaciones de búsqueda y protección de lugares de enterramiento o fosas comunes.

• Buscar, recopilar e identificar los fallecimientos sin distinción ni discriminación alguna. Los restos humanos y cadáveres deben ser exhumados, recogidos, transportados, almacenados o enterrados temporalmente y repatriados.

• Identificar, marcar y preservar los sitios de entierro mediante información de una variedad de fuentes, especialmente altos funcionarios del gobierno, militares y civiles que puedan tener información sobre tumbas o fosas comunes.

• Se prohíbe el saqueo y la mutilación de los muertos. Todos los actos de mutilación y pillaje deben ser calificados como delitos. También deben establecerse sanciones penales por el incumplimiento de los lugares de enterramiento y la profanación de fosas o fosas comunes.

La investigación independiente y la justicia son parte del mecanismo de búsqueda de la verdad y deben garantizarse en estos casos. En Marruecos no se ha abierto ninguna investigación y en España la Audiencia Nacional en la causa por genocidio del pueblo saharaui dictó, el 9 de abril de 2015, la sentencia 1/2015 del juez Pablo Ruz para procesar 11 altos mandos militares y civiles marroquíes. En la investigación se reconoce que las víctimas son ciudadanos saharauis de nacionalidad española, estando el Sáhara Occidental aún bajo administración española.

El derecho a la justicia es inaplazable y los Estados interesados ​​deben asumir sus respectivas responsabilidades. Las autoridades marroquíes tienen la obligación de colaborar en la investigación de estos crímenes de lesa humanidad y genocidio, tal y como los define la Audiencia Nacional de España y los Convenios Internacionales pertinentes. Las autoridades españolas deben proceder a tomar las medidas necesarias para que la justicia pueda funcionar y realizar las investigaciones correspondientes.

L’Association des Familles des Prisonniers et Disparus Sahraouis (AFAPREDESA) célèbre la Journée internationale des enfants disparus

 


Le monde célèbre, chaque 25 mai, depuis 2001, la Journée internationale des enfants disparus. Au Sahara Occidental,  des dizaines d’enfants sont victimes des disparitions forcées perpétrées par les forces d’occupation marocaine depuis le 31 octobre 1975.  Seuls deux parmi  ont été retrouvés dans une fosse commune, en 2013, à Fadret Laguia (Meheris) : Bachir Salma Daf de 16 ans et Sidi Salec Salma de 14 ans[1]. Ils avaient été arrêtés et exécutés par des éléments des Forces Armées Royales, le 12 février 1976, avec 6 autres adultes dont deux porteurs de carte d’identité espagnole :

1) Mohamed Abdalahe Ramdan (DNI espagnol, A-4131099).

2) Mulud Mohamed Lamin (DNI espagnol, A-4520032).

Le sort des autres enfants disparus (Voir liste ci-jointe) est toujours inconnu, aussi bien pour les cas où aucune réponse des autorités marocaines n’a pas été fournie ou ceux dont la réponse consiste des allégations de décès sans la moindre preuve.  

L’Association des Familles des Prisonniers et Disparus Sahraouis (AFAPREDESA) exprime sa solidarité avec toutes las familles des enfants disparus et lance un appel pressant aux Royaume d’Espagne (Puissance Admnistrante du territoire du Sahara Occidental) et Royaume du Maroc (Puissance Occupante) d’agir promptement pour élucider les cas des enfants sahraouis disparus aux mains des forces marocaines sur les base des aveux contenus dans le rapport du Conseil National des Droits de l’homme. Les deux Etats sont partis à la Convention Internationale pour la Protection de Toutes les Personnes contre les Disparitions Forcées, les Conventions de Genève et leurs Protocoles Additionnels ainsi que de nombreux traités des Droits de l’homme sont tenus de respecter les obligations de recherche et de protection, notamment :

·        Obligations de recherche et de protection des lieux d’enterrements ou de fosses communes.

·        Rechercher, recueillir et identifier les décès sans aucune distinction ou discrimination. Les restes humains et les cadavres doivent être exhumés, collectés, transportés, stockés ou temporairement enterrés et rapatriés.

·        Identifier, marquer et préserver les lieux de sépulture. Rassemblez des informations auprès de diverses sources, en particulier des hauts fonctionnaires, des combattants et des civils susceptibles de détenir des informations sur les tombes ou fosses communes.

·        Le pillage et la mutilation des morts sont interdits. Tous les actes de mutilation et de pillage doivent être qualifiés de crimes. Des sanctions pénales devraient également être établies pour le non-respect des lieux de sépulture et la profanation des tombes ou fosses communes.

Une enquête indépendante et la justice font partie du mécanisme de recherche vérité et doit être garantie dans ces cas. Au Maroc, il n'y a pas eu ouvert aucune enquête et en Espagne la Haute Cour Nationale dans l'affaire pour génocide du peuple sahraoui a émis, le 09 avril 2015, la sentence 1/2015 du Juge Pablo Ruz contre 11 responsables militaires et civils marocains. Dans l’instruction, il est reconnu que les victimes sont citoyens sahraouis de nationalité Espagnol, le Sahara Occidental étant toujours sous administration espagnole.

Le droit à la justice ne peut être différé et les États concernés doivent assumer leurs responsabilités respectives. Les autorités marocaines ont l'obligation de collaborer à l'enquête de ces crimes contre l'humanité et génocide, tel qu'il a été défini par le Haute Cour National d'Espagne et les Conventions internationales pertinentes.

Les autorités espagnoles doivent prendre les mesures nécessaires pour que la justice puisse fonctionner et mener à bien les investigations correspondantes quant au sort de tous les disparus sahraouis.


ANNEXE LISTES DES ENFANTS SAHRAOUIS DISPARUS:

Abderahman Salma (Barra), né en 1972 à Goulimine, enlevé par les forces auxiliaires le 30 /10/1975 à Goulimine, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain, publié en décembre 2010, il a été identifié comme: “Abderrahman Barra uld Salma, Né en  1972.” Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaissent qu’:  “Il a été arrêté avec des membres de sa famille le mois d’octobre 1975.” Les autorités marocaines déclarent qu’“ils ont été transférés à la caserne des forces auxilaires de Teglit près de Goulimin où il est décédé”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Aziza Brahim Sayed née en décembre 1975 à Tan Tan, enlevé par les FAR en février 1976  à Tan Tan  disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en décembre 2010, les autorités marocaines déclarent, sans apporter aucune preuve, que: « Aziza Brahim Sayed a été détenue en compagnie de sa mère en février 1976, elle a séquestré avec sa mère dans la caserne des forces d’intervention rapide à Inzegan (à plus de 650 Km du Sahara). Après près d’un mois de sa detention elle est décédée quand  elle avait trois ou quatre mois ».  Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Bachir Jatri Ali né en 1962 à Bucraa, enlevé le 18 /02/1976 à Amgala, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain, publié en décembre 2010, il est identifié comme: « Bachir uld Khatri uld Ali, Né en 1962 en Bucraa ». Dans ce rapport, les autorités marocaines reconnaissent qu’: “Il a été arrêté à  1976 et soumis à séquestration.” Elles déclarent, sans apporter de preuves, qu’: “Il existe de fortes preuves qu’il est décédé durant sa séquestration.” Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Batul Musaui née en 1964, enlevée par les FAR le 15/01/1977 à Ouarkziz (région  de Zak), disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain, publié en décembre 2010, elle est identifiée comme :: “Batul Musaui, née en 1964”. Les autorités marocaines reconnaissent qu’ : “Elle a été détenue en compagnie de son frère quand ils gardaient le troupeau, durant le mois de janvier 1977”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines déclarent  qu’: “Il existe de fortes preuves qu’elle est décédée durant sa séquestration”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Cheij Cheij Ali né en 1971 à Smara, enlevé par les FAR le 08/10/1979 à Smara, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Il a été enlevé par des éléments des Forces Armées Royales (FAR) avec sa sœur Maaluma Cheij Ali. Ils ont été conduits vers une destination inconnue.

Embarca Abdi Abdela Mansur née en 1975 à Assa, enlevée par les FAR le 18 /01/1976 près de Assa, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Elle a été séquestrée avec sa mère Jdaiya Harras et son père Abdi Abdelah Mansur. Ils ont été transférés à la caserne militaire à Tan Tan. Le bébé est tombé gravement malade, à peine il pouvait respirer. Les parents ont supplié les gardiens d’emmener un médecin. Ces derniers ont refusé et ont proposé à la maman de leur remettre l’enfant. C’est ainsi qu’elle leur a remis sa petite fille dans l’espoir de la sauver. Quelques heures plus tard, les gardiens sont revenus annonçant que le bébé est décédé sans montrer ni son corps ni le lieu d’enterrement. 

Fatma Saad Ali AbbaLahsen, née en 1967 à Uad Draa, enlevée par les FAR le 02/12/1976 à Echdeiriya, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Elle a été enlevée par des éléments des Forces Armées Royales (FAR) avec sa sœur: Glana et ses 2 frères: Hamdi et Uali, tous mineurs, après un bombardement intense par l'aviation marocaine. La mère et deux autres de ses enfants ont réussi à s'échapper la même nuit et à rejoindre les camps de réfugiés, quelques jours plus tard.

Glana Saad Ali AbbaLahsen, née en 1971 à Uad Draa, enlevée par les FAR le 02/12/1976 Echdeiriya, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Elle a été enlevée par des éléments des Forces Armées Royales (FAR) avec sa sœur: Fatma et ses deux frère: Hamdi et Uali, tous mineurs, après un bombardement intense par l'aviation marocaine. La mère avec deux autres de ses enfants ont réussi à s'échapper la même nuit et à rejoindre les camps de réfugiés, quelques jours plus tard.

Hamdi Saad Ali AbbaLahsen, né en 1965 à Uad Draa, enlevé par les FAR le 02/12/1976 à Echdeiriya, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Il a été enlevé  par des éléments des Forces Armées Royales (FAR)  avec ses 2 sœurs: Fatma et Glana et son frère: Uali, tous mineurs, après un bombardement intense par l'aviation marocaine. La mère et deux autres de ses enfants ont réussi à s'échapper la même nuit et à rejoindre les camps de réfugiés, quelques jours plus tard.

Luali Saad Ali AbbaLahsen né en 1973 à Uad Draa, enlevé par les FAR le 02/12/1976 à Echdeiriya, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Il a été enlevé  par des éléments des Forces Armées Royales (FAR)  avec ses 2 sœurs: Fatma et Glana et son frère: Hamdi, tous mineurs, après un bombardement intense par l'aviation marocaine. La mère et deux autres de ses enfants ont réussi à s'échapper la même nuit et à rejoindre les camps de réfugiés, quelques jours plus tard.

Horma Barra uld Gali né en 1975 à Goulimine, enlevé par les FAR en octobre 1976 à Goulimine, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010,  il est identifié comme: “Horma Barra uld Gali, Né en 1975”. Les autorités marocaines reconnaissent qu’: “Il a été arrêté avec de membres de sa famille,  étant bébé, au mois d’octobre 1975”. Les autorités marocaines déclarent  qu’:  “Ils ont été transférés à la caserne des forces auxiliaires de Teglit près de Goulimine où il est décédé”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Lehbib Bounan né en 1963 à Saguia, enlevé par les FAR en octobre 1976 à Goulimine, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010,  il est identifié comme: “Bounan Lehbib”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il   a été arrêté durant le mois de novembre 1975 avec son père”. Les autorités marocaines déclarent qu’: “Il  existe de fortes preuves qu’il est décédé durant sa séquestration à Bucraa”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Mohamed Ali, né en 1962 à Lemsayed, enlevé par les FAR en octobre 1976 à Lemsayed Goulimine, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme:  “Mohamed Uld Ali, Né en 1962 en Lemsayed”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il a été arrêté de la maison de sa famille à Lemsayed en 1976, avec son frère”. Les autorités marocaines déclarent qu’: “Il existe de fortes preuves qu’il est décédé durant sa séquestration”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Mohamed Salma (Bara) né en 1973 à Saguia, enlevé par les FAR en octobre 1975 à Saguia, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport  du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain, publié en 2010. Dans ce rapport, il est identifié comme:  “Mohamed Barra uld Salma, Né en 1973, à Saguia El Hamra”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il a été arrêté avec sa mère, le mois d’octobre 1975. Il a été transféré avec elle à la caserne des forces auxiliaires de Teglit près de Goulimin où il est décédé la même année ”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Raguia Zahou, née le 20/07/1963 à Goulimin, enlevée par les FAR en janvier 1976 à Zouizel (Tan Tan), disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en décembre 2010, il est identifié comme: “Raguia Zahou, née le 20/07/1963 à Goulimin”. Les autorités marocaines reconnaissent qu’: “Au mois de janvier 1976, elle était avec son frère Mohamed Zahou et sa soeur Safia Zahou entrain de garder le troupeau de la famille à Zouizel quand ils ont été ataqués par une unité des Forces Armées Royales (FAR) qui les a détenus et transférés les mains atachées et les  yeux bandés vers un centre  de séquestration à Tan Tan. Après 7 mois, sa soeur Safia a été liberée avec un état de santé détérioré ”. Les autorités marocaines déclarent qu’: “Il   existe de fortes preuves qu’elle est décédée durant sa séquestration”.  Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Mohamed Zahou né en 1961 à Goulimine, enlevé par les FAR en janvier 1976 à Zouizel (Tan Tan), disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme:  “Mohamed Zahou”. Dans ce rapport, les autorités marocaines reconnaissent qu’: “Il a été arrêté avec ses deux sœurs Raguia et Safia le mois janvier 1976, à Zouizel.  Ils ont été transférés à un centre  secret à Tan Tan. Après 7 mois, sa soeur Safia a été libérée dans un etat de santé déterioré, alors que le sort de Mohamed et Raguia restait inconnu ». Les autorités marocaines déclarent qu’: “Il existe de fortes preuves qu’il est décédé durant sa séquestration”.  Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Mohamed-Mulud Brahim Mahmud né en 1968 à Saguia, enlevé par les FAR le 10 /01/1976 à Smara, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme: “Mohamed Mulud uld Brahim uld Mahmud, Né en 1968”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il a été arrêté avec son père, en 1976 et il a été séquestré dans la caserne militaire à Smara. Après, il n’y a plus eu de nouvelles de lui”. Les autorités marocaines déclarent qu’:  “Il existe de fortes preuves qu’il est décédé dans la caserne militaire de Smara”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Mohamed-Salem Mohamed-Lehbib Bushab né en 1963 à Saguia, enlevé par les FAR le 26/01/1976 à Legttaifa, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Il a été enlevé  par des éléments des Forces Armées Royales (FAR), en présence de plusieurs membres de sa famille. Il a été conduit vers une destination inconnue

Mulay-Brahim (El Hemdan) Wadadi Brahim, né en 1960 à Saguia, enlevé par les FAR le 01/11/1976 à Tifariti, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Il a été enlevé  par des éléments des Forces Armées Royales (FAR) et conduit vers une destination inconnue.

Mulud Embarec Jer, né en 1961 à Daora, enlevé par les FAR le 22/02/1976 à Guelta, disparition forcée non reconnue  par les autorités marocaines.

Il a été enlevé  par des éléments des Forces Armées Royales (FAR) et conduit vers une destination inconnue.

Mustafa Brahim Mahmud, né en 1966 à El Aaiun, enlevé par les FAR le 10 /01/1976  à Smara, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme: “Mustafa uld Brahim uld Mahmud, Né le 7 /05/1966 dans la région de El Aaiún”. Les autorités marocaines reconnaissent qu’ : “Il a été détenu, avec son père et son frère, le mois janvier 1976 près de  Smara. Ils ont été transférés à la caserne militaire de Smara”. Elles déclarent qu’ : “Il est décédé vers la fin du mois de janvier 1976”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Sidi Abaya, né en 1964 à El Aaiun, enlevé par des éléments  de la police marocaine en octobre 1979 près de  l’airoport de El Aaiún, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme:  “Sidi Baya El Idrissi, Né en 1964, à El Aaiún ”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il a été arrêté près du l’airoport Hassan II à El Aaiún, en 1979”. Les autorités marocaines déclarent qu’“Il a été transféré à la caserne de la base airièenne militaire de l’airoport de El Aaiún, où il a été séquestré  dans des conditions dures, ayant décédé comme conséquence, en 1979”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Taleb Mohamed Ali, né en 1966 à Goulimine, enlevé par les FAR le 05/02/1976 à Goulimine, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme:  “Taleb Dih Uld Mohamed Uld Ali, Né en 1966 à Goulimin”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il a été arrêté avec sa mère au début du mois de février 1976”. Les autorités marocaines déclarent qu’“Il  a été transféré avec elle à  la caserne des forces auxiliaires de Teglit près de Goulimin où il est décédé au mois de juillet 1976”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

Uali Mahfud Belgadi, né en 1975 à Smara, enlevé par les FAR  en juin 1976  à Smara, disparition forcée reconnue  par les autorités marocaines.

Dans le rapport du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) marocain,  publié en 2010, il est identifié comme:  “El Walid Belgadi Mahfoud, Né au mois de juin de 1975”. Dans le dit rapport, les autorités marocaines reconnaisent qu’: “Il a été arrêté avec plusieurs membres de sa famille, parmi eux sa mère durant le même mois”. Les autorités marocaines déclarent qu’ : “Il a été séquestré  avec eux dans la caserne militaire à Smara. Sa mère a été libérée en 1977, alors que l’enfant est décédé durant sa séquestration”. Cependant, à ce jour, ce grave crime contre l’humanité n’a toujours pas fait l’objet d’enquêtes judiciaires et les responsables jouissent de l’impunité totale. L’exhumation, l’identification et la restitution du corps n’ont pas été effectuées, non plus.

 

 



[1] Voir rapport des experts sur l’exhumation et identification des corps  rapport complet: https://publicaciones.hegoa.ehu.eus/uploads/pdfs/233/Exhumaciones_Informe_peri_def.pdf?1488539790

Et traduction à l’anglais, français et arabe : https://publicaciones.hegoa.ehu.eus/uploads/pdfs/235/Meheris_SUMMARY_%28Ingles_Frances_arabe%29.pdf?1488539792  

جمعية أولياء المعتقلين والمفقودين الصحراويين تخلد اليوم العالمي للأطفال المختفين

 



يحتفل العالم باليوم العالمي للأطفال المفقودين في 25 مايو من كل عام منذ سنة 2001. وفي الصحراء الغربية ، وقع عشرات الأطفال ضحايا للاختفاء القسري الذي ارتكبته قوات الاحتلال المغربية منذ 31 أكتوبر 1975. تم العثور على اثنين منهم فقط في مقبرة جماعية عام 2013 في فدرت لقوية (مهر:يس) وتم تحديد هويتهم ويتعلق الامر ب: البشير سلمى داف، 16 سنة ، سيدي سالك سلمى، 14 سنة. تم القبض عليهم وإعدامهم من قبل عناصر من القوات المسلحة الملكية المغربية، في 12 فبراير 1976، مع 6 بالغين آخرين، من بينهم اثنان من حاملي الهوية الإسبانية[1]:

1) محمد عبد الله رمضان (رقم التعريف الإسباني ، A-4131099)

2) مولود محمد الأمين (رقم التعريف الإسباني، A-4520032)

ولا يزال مصير الأطفال المختفين الآخرين مجهولاً (انظر القائمة المرفقة)، سواء بالنسبة للحالات التي لم يرد فيها أي جواب من السلطات المغربية أو لأولئك الذين كان ردها الادعاء بالوفاة دون أدنى دليل.

تتضامن جمعية أولياء المعتقلين والمفقودين الصحراويين (أفابريديسا) مع جميع أسر الأطفال المختفين وتطلق نداءً عاجلاً إلى مملكة إسبانيا (السلطة الإدارية في إقليم الصحراء الغربية) والمملكة المغربية (سلطة الاحتلال) من اجل التحرك الفوري لكشف مصير الأطفال الصحراويين الذين اختفوا على يد القوات المغربية على أساس الاعترافات الواردة في تقرير المجلس الوطني لحقوق الإنسان سنة 2010. كلتا الدولتين طرف في الاتفاقية الدولية لحماية جميع الأشخاص من الاختفاء القسري، واتفاقيات جنيف وبروتوكولاتها الإضافية  فضلاً عن العديد من معاهدات حقوق الإنسان، مما يتحتم عليها بالتزامات البحث والحماية، ولا سيما:

         التزامات البحث عن مواقع الدفن أو المقابر الجماعية وحمايتها.

         البحث عن الوفيات وجمع الرفاة والتعرف عليها دون تمييز. يجب استخراج الرفات والجثث البشرية وجمعها ونقلها وتخزينها أو دفنها مؤقتًا وإعادتها إلى ذويها، وفقا للمعايير الدولية المعمول بها.

         تحديد مواقع الدفن وتمييزها وحفظها باستخدام معلومات من مجموعة متنوعة من المصادر، لا سيما كبار المسؤولين الحكوميين العسكريين والمدنيين الذين قد يكون لديهم معلومات حول المقابر الجماعية أو اماكن الدفن.

         يحظر نهب وتشويه الموتى. يجب تصنيف جميع أعمال التشويه والنهب كجرائم. كما يجب تحديد عقوبات جزائية في حالة عدم الامتثال لمواقع الدفن وتدنيس القبور أو المقابر الجماعية.

التحقيق المستقل والعدالة جزء من آلية تقصي الحقائق ويجب ضمانهما في هذه الحالات. في المغرب ، لم يتم فتح اي تحقيق، وفي إسبانيا أصدرت المحكمة الوطنية في قضية الإبادة الجماعية للشعب الصحراوي، في 9 أبريل 2015 ، الحكم 1/2015 من قبل القاضي بابلو روز ضد 11 مسؤولًا عسكريا ومدنيًا مغربيًا. يعترف التحقيق بأن الضحايا مواطنون صحراويون يحملون الجنسية الإسبانية، ولا تزال الصحراء الغربية تحت الإدارة الإسبانية.

لا يمكن تأجيل الحق في العدالة ويجب على الدول المعنية أن تتحمل مسؤولياتها. السلطات المغربية ملزمة بالتعاون في التحقيق في هذه الجرائم ضد الإنسانية والإبادة الجماعية، على النحو المحدد من قبل المحكمة الوطنية الإسبانية والاتفاقيات الدولية ذات الصلة.

 يجب على السلطات الإسبانية أن تشرع في اتخاذ التدابير اللازمة حتى تتمكن العدالة من أداء مهمتها وتجري التحقيقات ذات الصلة لتحديد مصير كل المفقودين الصحراويين.

 



[1] انظر تقرير الخبراء حول استخراج الجثث وتحديد هوية الضحايا التقرير الكامل باللغة الإسبانية: https://publicaciones.hegoa.ehu.eus/uploads/pdfs/233/Exhumaciones_Informe_peri_def.pdf؟1488539790

وترجمته إلى الإنجليزية والفرنسية والعربية: https://publicaciones.hegoa.ehu.eus/uploads/pdfs/235/Meheris_SUMMARY_٪28Ingles_Frances_arabe٪29.pdf؟1488539792